DOCUMENTI

La nostra storia dai documenti storici...

Riportiamo alcuni passi della ricerca effettuata dalla Dott.ssa Luisa Sasso e tratti dal libro “Le Corps Philharmonique de Châtillon – notizie storiche attraverso i documenti”.

Dal testo di François Bich "Mémoire ou Notices historiques sur Châtillon et le Mandement par François Bich ancien officier de Poste":


"Cependant je ne veux pas passer sous silence une des prérogatives honorables de Châtillon, celle de posséder depuis près de 60 ans un célèbre Corps de Musique qui, s'il n'est pas le plus ancien de la Vallée, il est au moins le plus nombreux et estimé au loin. Déjà depuis 1780, Pantaléon Bich mon aieul un citoyen de Châatillon y avait introduit le gout de la Musique et l'on commençait à etendre quelques rudiments de musique. Enfin l'antique Corps Philarmonique de Châtillon toujours jaloux de sa juste renommée et de l'honneur du pays s'est constamment maintenu à la hauteur de son rang par l'harmonie et la fraternité entre les membres, par l'étude constante et l'habilité dans l'exécution. Le Corps de Musique toujours animé du plus pur esprit patriotique n'a jamais failli à la noblesse de sa mission, jamais vénal, toujours généreux et pareil à un courant électrique l'honneur du Corps et du Pays ce font en tous ses membres sentir au meme instant. En plusieurs circonstances le Corps de Musique de Châtillon a eu l'insigne honneur (de) faire entendre ses harmonieux accords en présence des Augustes Membres de la Dynastie de Savoie dans leur passage dans notre Pays. Les temoignages précieux et flatteurs que la Musique de Châtillon en a reçus sont un monument impérissable de la haute satisfaction qui lui a été accordée et qui, gravée dans le coeur de tous les amateurs, les anime de plus en plus à conserver ce doux souvenir qui se lit en caractères ineffaçables sur le front de chacun d'eux".

 

Dal testo di J.A. Duc "Histoire de l'Eglise d'Aoste – Ritorno dei Frati Cappuccini presso il Convento di Châtillon":


"Tout étand disposé, le jour de la réouverture du couvent fut fixé au 8 septembre 1817. Le P. Gruffat, avec le P. Zozime, de Thonon, quatre frères lais et trois postulants, traversent le Petit-Saint-Bernard, longent la Vallée et arrivent à Châtillon. [...] Une procession solennelle est organisée [...] et [...] reprend sa marche trionphante vers l'église paroissiale, égayée par les chants liturgiques et les synphonies de la musique".

 

Dal testo di J.A. Duc "Histoire de l'Eglise d'Aoste – Resoconto della visita pastorale del Vescovo Mgr Agodino in data 10 maggio 1828":

"[...] vinrent au-devant de l'éveque, précédés de la société philarmonique, le syndic Pierre-Henri Duc, le conseil municipal et le juge du mandement, Perron, qui complimenta Monseigneur. Un témoin oculaire rapporte que 'le pretre d'honneur à lu le procès-verbal de la visite pastorale, dans lequel il y a bien des éloges pour la commune de Chatillon et pour les musiciens. Après la lecture, Monseigneur a fait lui-meme une belle explication instructive et bien des éloges pour tous" .


Dal settimanale "Le Constitutionnel Valdôtain" – Lettera di un amatore datata 27 luglio 1857:

"La Société philarmonique de Châtillon gracieusement invitée par M. Favre Antoine à se rendre le 25 à la montagne du Giomen (Valtournenche) située au pied du glacier pour célébrer l'ouverture du nouvel hotel du Mont-Cervin, s'est mise en marche le 24 courant et le même soir l'écho des montagnes répétait nos concerts. Le 25 dans la matinée on salua par de joyeuses fanfares l'heureuse arrivée de messieurs et dames de Zermatt qui venaient de franchir le glacier par le col de S.t Théodule. [...] Le 26 la Société fit ses remerciments de l'invitation et de l'accueil fraternel qu'elle reçut. [...] Et le jour 25 juillet de chaque année sera mémorable pour nous: nous voudrions que ce meme écho du Cérvin, répétant nos concerts harmonieux, réveille les sentiments d'amitié à M. Favre qui a su gagner, par son patriotisme valdôtain, la sympatie générale de ses compatriotes Châtillonnais. Un amateur".

 

Dal settimanale "Le Constitutionnel Valdôtain" del 6 agosto 1857:

"Le 25 juillet M. le Ministre de l'instruction publique étant arrivé à St.Vincent, la Société philarmonique de cette commune aidée de quelques amateurs de Châtillon, fit le soir entendre ses premiers concerts en son honneur".

 

Dal giornale "L'Indépendent" del 17 novembre 1957:

"S.te Cécile. Châtillon le 15 novembre 1857. La Société Philarmonique de la ville d'Aoste convoquait l'an dernier, à pareille circonstance, divers corps de musique de la vallée pour la célébration de la solennité de S.te Cécile, fête patronale des musiciens. [...] La Société Philarmonique de Châtillon, pour raviver ces sentiments de sympathie invite les Sociétés d'Aoste, de Verrès et de S.t Vincent, à venir le 22 courant célébrer avec elle, cette fête patronale des musiciens dédiée à l'harmonie, à la fraternité et à la reconnaissance".

Da una deliberazione comunale del 4 dicembre 1867:


"[...] Considérant que cette Commune serait très intéressée au maintient d'un Corps qui a été jusqu'ici l'ornement et le décor de ce Chef-lieu et qui a toujours preté ses services avec zèle et dévouement dans toutes les circostances; que le seul moyen de pourvoir à la continuation de son existence, serait de se procurer pour quelques années un Maitre de Musique, anfin de créer de nouveaux sujets et diriger efficacement les membres qui restent; [...] délibère à l'unanimité d'allouer en faveur du dit Corps Philarmonique [...] la somme de huit cents livres, [...] qu'on place pour trois ans un Maitre de Musique qui joue et qui enseigne les instruments à cordes, surtout le violon et autres instruments, surtout la clarinette [...]".